Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mes cartoons

La parole à Michael Moore

10 Septembre 2005 , Rédigé par Deligne Publié dans #actu

 


Lettre ouverte : M. Bush, les vacances sont terminées


Cher M. Bush,

Pas la  moindre idée de l'endroit où sont passés tous nos hélicoptères ?
C'est le  cinquième jour depuis le déferlement de Katrina et des milliers
de gens, en  attendant les secours aériens, demeurent captifs de La
Nouvelle-Orléans. À quel  endroit de la planète avez-vous donc envoyé nos
hélicoptères militaires ?  Avez-vous besoin d'aide pour les retrouver ?
J'ai un jour égaré ma voiture  dans un stationnement de Sears. Oh ! ce ne
fut pas facile !

Savez-vous aussi où sont passés tous nos soldats de la Garde  nationale ?
Nous en aurions vraiment besoin aujourd'hui pour accomplir le  type précis
de mission pour lequel ils se sont enrôlés : porter secours  lors de
catastrophes naturelles nationales. Comment se fait-il qu'ils n'étaient  là
dès le début des événements ?

Mercredi de la semaine dernière,  je me trouvais dans le sud de la Floride.
J'étais assis dehors lorsque l'oeil de  l'ouragan Katrina est passé
au-dessus de ma tête. À ce moment, c'était seulement  un ouragan de force
1, mais c'était déjà une assez salle affaire. Onze personnes  sont mortes
et des foyers sont encore sans électricité aujourd'hui. Ce soir-là,  la
météo a indiqué que cet ouragan se dirigeait droit sur La Nouvelle-Orléans.
C'était il y a dix jours ! Personne ne vous l'a dit ?

Je sais bien que vous ne vouliez  pas interrompre vos vacances. Et je sais
aussi à quel point vous n'aimez pas les  mauvaises nouvelles. En plus, vous
aviez des bailleurs de fonds à rencontrer et  des mères éplorées de soldats
morts à ignorer, voire à diffamer.

J'apprécie particulièrement  comment, le lendemain de l'ouragan, plutôt que
de vous envoler vers la  Louisiane, vous vous êtes rendu à San Diego afin
de faire la fête avec vos  copains du monde des affaires. Ne laissez pas
les gens vous critiquer pour  ça : après tout, l'ouragan était terminé, et
que diable auriez-vous pu  faire ? Mettre votre doigt dans une digue
percée ?

N'écoutez pas ceux qui, au cours  des prochains jours, révéleront comment
vous avez officiellement réduit, cet été  même et pour une troisième année
consécutive, les budgets des corps de génie de  l'armée américaine en
Louisiane. Répondrez-leur tout simplement que même si vous  n'aviez pas
coupé les budgets des ingénieurs de l'armée, aucun ingénieur  militaire
n'aurait de toute façon été disponible pour réparer les digues puisque
vous aviez pour eux des projets de construction beaucoup plus importants :
construire la démocratie en Irak !

Le troisième jour, lorsque vous  avez finalement quitté votre lieu de
vacances, je dois vous dire que j'ai été  ému de voir comment vous avez
poussé votre pilote d'Air Force One à descendre  sous les nuages, au-dessus
de La Nouvelle-Orléans, afin que vous puissiez avoir  un aperçu rapide du
désastre. Ah ! Je savais bien que vous ne pouviez pas  vous arrêter, puis
attraper un porte-voix, grimper sur un tas de décombres et  agir alors
comme un vrai commandant en chef. Vous l'aviez déjà fait, alors  inutile de
le refaire !

Il y aura aussi ceux qui essaieront de  politiser cette tragédie et ceux
qui essaieront même de la retourner contre  vous. Donnez instruction à vos
services de souligner ces tactiques déloyales. Et  ne répondez à rien. Même
pas à ces satanés scientifiques qui ont prédit que cela  arriverait parce
que l'eau du golfe du Mexique se réchauffe sans cesse et qu'une  tempête de
ce genre devient alors inévitable. Ignorez-les, de même que toutes  leurs
alertes de poules mouillées à propos du réchauffement climatique. Après
tout, il n'y a rien d'extraordinaire dans un ouragan qui s'avère si étendu
qu'il  correspond en fait à une tornade de force 4 qui s'étirerait entre
New York et  Cleveland.

Non, M. Bush, maintenez seulement le cap. Ce n'est pas votre  faute si 30 %
de la population de La Nouvelle-Orléans vit dans la pauvreté  et que des
dizaines de milliers de personnes n'avaient aucun moyen de transport  pour
quitter la ville. Ce sont des Noirs, après tout ! Ce n'est pas comme  si
une telle chose était arrivée à Kennebunkport. Pouvez-vous imaginez des
Blancs laissés sur le toit de leur maison pendant cinq jours ? Ne me faites
pas rire ! La couleur de la peau n'a rien, mais absolument rien à voir avec
tout ça !

Vous avez la situation bien en main, M. Bush. Essayez  seulement de trouver
quelques hélicoptères de l'armée et dépêchez-les là-bas. Il  vous suffira
de prétendre que les habitants de La Nouvelle-Orléans et que le  golfe du
Mexique sont situés près de Tikrit.

Michael  Moore
Le 2 septembre 2005

(Traduit de l'américain  par Jean-François Nadeau.)

D'autres informations sur les conséquences de l'ouragan Katrina à cette adresse:
http://insidetheusa.net/
Merci à UncleZ


 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

UncleZ 11/09/2005 22:08

En fait, ce qui m'inquiète - au delà du fait que le hiatus du quart-monde US est maintenant flagrant - c'est que confrontés à cette tragédie sans coupables, sans agresseurs, la dramatisation est exacerbée car sans issue.
En effet, on ne peut pas jouer avec l'effet "on va gagner" car ils ont tout perdu : des vies, des illusions, du temps, de la confiance...

Désolé de fair mon Moscovici de bas étage, je ferai pénitence pour avoir dérapé dans le style 'forum'...
Même les psychosociologues de bas étage empruntent parfois l'ascenseur

Aliensflower 10/09/2005 22:40

Je ne comprends pas comment une étendue si large de population ( les Etats-Unis) soit dirigées par un seul homme, que ce soit Bush ou non, élu presque par hasard pour en être le président. Il devrait y avoir une sélection bcp plus rigoureuse. Pour pas que ce genre de choses se produisent. Ramenons la tolérance, et le respect de l'autre, l'intéret pour l'autre et l'empathie.
Chaque état a tout de même une relative indépendance par rapport à l'administration fédérale.Mais il est vrai que les américains paient au prix fort les frais de Bush 

Xquise 10/09/2005 22:25

Les images de la population sinistrée de Louisiane ne sont pas sans me rappeller les jeunes soldats US que j'ai croisé à Rhodes cet été. Ils faisaient une escale après un long séjour en Irak. Les points communs: Noirs, jeunes, pauvres et traumatisés...
J'étais moi aussi à Rhodes cet été,je n'y ai rencontré que des allemands

boxstuffer 10/09/2005 13:49

Merci de nous exposer cette lettre de M. Moore.
(et au passage, de même pour UncleZ, pour le blog)

Je considère Michael Moore comme un personnage extrême, partial...(blablabla...) Il à tendance à me laisser un arrière goût lors ces interventions.
Mais il est nécessaire, il faut des extrêmes pour réveler les situations tel qu'elles se présentent actuellement, pour provoquer une réaction ou (avec une touche de pessimisme) une médiatisation, il faut des extrêmes, des"monstres de foire".

Michael Moore est un moyen indispensable pour exposer ces problèmes.
Comme cette catastrophe national est un moyen de montrer les dysfonctionnement actuel de la politique intérieur des Etats Unis.
Les sociétés actuels ne peuvent ressentir une appartenance à une communauté, un but commun que lors d'événements exceptionnels. C'est bien dommage...
En espérant une réaction efficace, productive de la société et des partis politique autre qu'un simple show télévisé en faveur du don (je n'en contre-dit pas l'utilité non plus)...
A quand un duo Mike Jagger-Michael Moore sur Sweet neo con?

UncleZ 10/09/2005 12:16

Les places se libèrent au Val de Grace, mais je ne sais pas s'il y a un service de pédo-psy.

J'ai mis en 'site web' un blog assez intéressant, qui référence d'autres blogs politiques US et d'expatriés français là-bas.
Interessant le lien,je le rajoute en fin d'article